JPEG - 864.1 ko
 
Licences pour chien
 


L’entreprise Inspecteur Canin est mandatée par la Municipalité pour faire respecter la réglementation municipale concernant la garde des animaux domestiques ainsi que la vente des licences de chiens sur le territoire. Voici quelques points importants que vous devez connaître :

Les licences 2017 seront disponibles à compter du 9 janvier 2017. Le recensement par le contrôleur animalier débutera en février 2017.

  • Toute personne possédant un chien doit obtenir une licence au coût de 25 $ en vertu du règlement et munir ledit animal de cette licence portant le numéro dudit permis pour l’année courante.
  • Toute licence émise en vertu du présent règlement est annuelle (du 1er janvier au 31 décembre) et expire le 31 décembre de chaque année et ne peut être transférée.
  • Vous pouvez vous procurer la licence à la réception de l’hôtel de ville (comptant, paiement direct, chèque, Visa ou MasterCard), par téléphone (Visa ou MasterCard), par envoi postal (chèque au nom de la Municipalité, vos coordonnées (nom, adresse, téléphone, date de naissance) ainsi que les informations sur votre chien (sexe, race, couleur, âge et nom) afin que nous puissions l’inscrire sur la fiche du numéro de licence qui vous sera attribué) ou au bureau de l’Inspecteur Canin situé au 1728, route 335 à Saint-Lin-Laurentides.
  • Les citoyens âgés de 60 ans et plus pourront se prévaloir, sur dépôt d’une pièce d’identité, d’une exemption de paiement pour une première licence. Celle-ci sera dorénavant valide pour toute la durée de vie de votre animal. Cette nouveauté débutera à compter de janvier 2017. Vous devrez donc, renouveler pour une dernière fois votre licence gratuite. Si vous avez deux chiens, vous devez vous procurer la seconde, et ce, chaque année, au coût tarifaire inscrit.
  • Les numéros de licences ne peuvent être renouvelés pour plusieurs années. Vous obtiendrez des numéros différents chaque année.
  • Il est permis de garder un maximum de quatre animaux par unité d’occupation et ses dépendances, soit deux (2) chiens et (2) chats.
  • Tout chien de race Bull terrier, Staffordshire Bull terrier, American Bull terrier, American Staffordshire terrier (pitbull) ou tout chien dont l’apparence et les caractéristiques physiques sont essentiellement semblables à celles des chiens visés, la garde est prohibée et aucune licence ne pourra être émise.
  • Pour l’élevage, vous devez vous procurer un permis de chenil auprès du service d’urbanisme. Toute demande devra être accompagnée d’un plan d’implantation indiquant les distances avec des cours d’eau, rivières ou lacs, lots voisins, rues et respecter le règlement de zonage.

Si vous désirez plus d’information, contactez la responsable, Mme Sandra Lévis, au 450 438-7784, poste 5217.

Vous avez perdu votre animal de compagnie, vous avez trouvé un animal errant, vous avez une plainte à formuler, contactez L’Inspecteur Canin au 450 439-9683 pour les informer de la situation ou visitez leur site Web au www.inspecteurcanin.net
bureau@inspecteurcanin.net









PDF-2.7 Mo
 
Garde des animaux domestiques / PDF-8.6 Mo
 



PNGL’importance de la stérilisation

Malheureusement, il y a trop d’animaux de compagnie et pas assez de foyers. Les refuges débordent d’animaux errants ou abandonnés. Un des moyens de réduire le problème de surpopulation animale est de les faire stériliser. C’est la seule méthode qui est sûre et fiable pour contrôler les naissances et éviter les portées non désirées.

Une décision qui a de nombreux avantages

Faire stériliser son animal de compagnie constitue l’une des premières décisions qu’un nouveau propriétaire d’animal doit prendre. La stérilisation consiste à retirer chirurgicalement les organes reproducteurs, les ovaires et l’utérus chez la femelle (ovariohystérectomie) et les testicules chez le mâle (castration). Cette chirurgie se fait sous anesthésie générale et nécessite une brève hospitalisation. On recommande habituellement d’effectuer la stérilisation en fin de croissance, mais elle peut se faire à tout âge.

La stérilisation comprend plusieurs avantages médicaux et comportementaux. Chez le mâle par exemple, elle diminue les risques de problèmes de la prostate et de cancer des testicules. Elle atténue le marquage de territoire et la forte odeur d’urine qui y est associé, tout en réduisant l’agressivité et l’instinct de dominance.

Chez la femelle, la stérilisation diminue les risques de tumeur des glandes mammaires, de cancer des ovaires et de l’utérus. Elle élimine les problèmes de pyométrite (infection de l’utérus) que l’on retrouve souvent chez les femelles non stérilisées. Elle permet aussi d’éviter les saignements chez la chienne (tous les six mois), les miaulements excessifs de la chatte, ainsi que l’agitation et les comportements associés aux chaleurs.

Contrairement à certains mythes qui circulent au sujet de la stérilisation, elle ne change pas le tempérament ou la personnalité de vos compagnons. Elle ne cause pas non plus l’embonpoint. Pour prévenir un surplus de poids, donnez-leur des portions de nourriture appropriées selon leur âge et leur degré d’activité. Assurez-vous aussi de leur procurer l’exercice nécessaire chaque jour afin qu’ils demeurent actifs.

En conclusion, faites partie de la solution en décidant de faire stériliser votre animal de compagnie. C’est le geste le plus responsable que vous puissiez poser pour lui et pour réduire le problème de surpopulation animale.

(information : source SPCA)



L’itinérance féline

La surpopulation des chats errants est une réalité pour plusieurs villes et municipalités au Québec et partout ailleurs. Nous désirons vous sensibiliser sur l’importance de stériliser votre chat, un acte responsable qui permet d’éviter des euthanasies ainsi que l’abandon de chatons.

La gestion de la surpopulation est un dossier délicat et il est impératif de maîtriser la population féline en contrôlant leur reproduction. Car un couple de chats non stérilisés peut engendrer des milliers de descendants en 4 ans. En moyenne, une chatte errante à entre 1 et 2 portées par an qui donneront à chaque fois 3 ou 4 bébés qui seront capables de se reproduire dès 6-7 mois.

Une solution a maintes fois fait ses preuves : la stérilisation. Née du constat que l’euthanasie ou le déplacement des colonies de chats est inefficace contre la pullulation, cette pratique, reconnue par tous les experts mondiaux et en particulier ceux de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), respecte la sensibilité de nos concitoyens devant la vie des animaux de compagnie.

D’une part, la stérilisation stabilise automatiquement la population féline qui continue de jouer son rôle de filtre contre les rats, souris, etc. D’autre part, elle enraye le problème des odeurs d’urine et des miaulements des femelles en période de fécondité. Par ailleurs, le chat étant un animal territorial, ceux présents sur un site empêchent tout autre de s’y introduire. Si des chats résident en un lieu, c’est qu’il existe en effet un biotope favorable et les éradiquer entraîne leur remplacement spontané et immédiat par d’autres.

Il est fortement recommandé de ne pas nourrir et offrir un abri temporaire aux chats errants qui viennent vous rendre visite, car les femelles auront tôt fait de comprendre qu’elles peuvent venir mettre bas chez vous, car vous êtes bienveillant, que leurs petits seront en sécurité et qu’elles auront de la nourriture en abondance. Ces chatons nés chez vous, ou près de chez vous, n’auront absolument aucun intérêt à quitter ce territoire accueillant, ils resteront donc, tout comme les adultes qui ne tarderont pas à élire définitivement domicile sur place. Les lieux deviendront un endroit de choix pour eux et d’autres chats, errants ou abandonnés, ne manqueront pas de se greffer peu à peu à la colonie.

Avant d’adopter un animal de compagnie, prenez le temps de réfléchir à toutes les responsabilités et aux coûts reliés à votre choix. Nous comptons sur votre bon jugement et votre collaboration, car en faisant stériliser votre animal, vous contribuerez à améliorer la situation de l’itinérance féline.


Quoi faire lors d’un impact avec un animal !

Lorsque nous rencontrons ce genre de situation, le premier geste posé n’est pas le même pour tous. Nous ne savons malheureusement pas quoi faire devant ces situations. Au Québec, il n’existe pas de réglementation précise. Nous comptons donc sur le bon jugement de l’automobiliste, peu importe les circonstances. La prévention est un bon moyen de diminuer ces accidents. Il est de la responsabilité du propriétaire que son animal soit tenu ou retenu au moyen d’un dispositif, et ce, en tout temps. Mais parfois, malheureusement, il arrive des situations hors de notre contrôle et des accidents surviennent.

Selon le code de la sécurité routière, si un animal de plus de 25 kilogrammes a été heurté, il est de votre devoir d’en aviser le propriétaire ou la police. Selon la loi, un délit de fuite est le fait de ne pas s’arrêter, de donner ses renseignements ou d’appeler la police à la suite d’un accident. Il est donc recommandé de s’arrêter, lorsque possible, et d’appeler la police ou la Sûreté du Québec pour rapporter l’événement.

Si l’animal domestique porte une médaille, vous pouvez également communiquer avec la clinique vétérinaire la plus proche. La clinique se chargera de faire les démarches nécessaires pour rejoindre les propriétaires. Lorsque l’animal n’a pas de médaille et qu’il est toujours en vie, vous pouvez aussi communiquer avec une clinique vétérinaire (voir références) pour savoir s’ils peuvent accueillir l’animal.

Chaque clinique a sa propre politique. Cependant, les vétérinaires doivent respecter certaines lois en regard de leur profession, soit de donner les soins de base à l’animal afin d’éviter que celui-ci souffre. Par la suite, le choix de l’intervention médicale est déterminé par le vétérinaire. La personne qui apporte l’animal à la clinique n’est pas tenue responsable de défrayer les coûts pour les soins de base. Lorsque l’animal n’est pas réclamé après quelques jours et qu’il est rétabli, la clinique peut le mettre en adoption ou, s’il y a plusieurs complications, le vétérinaire procède à l’euthanasie toujours dans le respect afin d’éviter de faire souffrir inutilement l’animal.

Prenez un moment afin de vous demander ce que vous souhaiteriez pour votre animal si un accident arrivait. Comment aimeriez-vous qu’autrui agisse avec votre animal ? Toutes ces questions se doivent d’être posées et réfléchies. Bonne réflexion !

Références

  • Centre vétérinaire Laval, le plus gros centre au Canada (urgence 24h/24h, 7jours/7jours) 4530, autoroute 440, Laval 1 877 651-2152
  • Hôpital vétérinaire Saint-Antoine 393, boulevard des Laurentides 450 565-5665
  • Hôpital vétérinaire Saint-Jérôme 1092, boulevard St-Antoine 450 436-7400
  • Clinique vétérinaire Côté 194, rue de Martigny 450 438-6091
  • Clinique vétérinaire Saint-Lin 375, route 335, St-Lin-Laurentides 450 439-6666
 
PDF-2.7 Mo
 
Garde des animaux domestiques / PDF-8.6 Mo
 
 
 
2199, boulevard Sainte-Sophie
Sainte-Sophie (Québec) J5J 1A1
Téléphone : 450 438-7784
Sans frais : 1 877 438-7784